Economie : dangers du TAFTA

CGT Economie

Conséquences néfastes du TAFTA sur l’emploi et l’activité économique

Les voix montent contre le contenu du traité de « grand marché transatlantique » (TAFTA) et les conditions scandaleuses dans lesquelles se déroulent les négociations, en catimini.

Comme d’habitude, lors de ce genre de négociation visant à libéraliser et à dérèglementer davantage le commerce international, les libéraux prévoient une hausse de l’emploi et de l’activité économique.

Les faits concernant les précédents traités de libre-échange confirment le contraire.

Une étude réalisée aux Etats-Unis sur la base d’un modèle développé par les Nations-Unies [1] va à l’encontre des prévisions des libéraux et confirme les effets néfastes du TAFTA sur l’emploi et l’activité économique en Europe et singulièrement en France, après une décennie de son application.

Les principales conclusions de cette étude sont les suivantes :

  • Le TTIP conduirait à une perte de 600 000 emplois au sein de l’Union européenne.
    • 223 000 emplois supprimés dans les pays de l’Europe du Nord
    • 134 000 emplois supprimés en Allemagne
    • 130 000 emplois supprimés en France.

 

  • Le TTIP conduirait à une perte des revenus salariaux en Europe. La baisse serait la plus forte en France.
    • -5 500 euros par an et par salarié en France.
    • -4 800 euros par an et par salarié dans les pays de l’Europe du Nord
    • -4 200 par an et par salarié au Royaume-Uni
    • -3 400 euros par an et par salarié en Allemagne.

 

  • Le TTIP conduirait à une baisse de la part des salaires dans la valeur ajoutée et, inversement, à une hausse de la part des profits.

La plus forte baisse de la part des salaires dans la valeur ajoutée se produirait en France (-8 %), suivi du Royaume-Uni (-7 %), de l’Allemagne et d’Europe du Nord (-4 %).

 

  • Le TTIP entraînerait une chute des exportations. L’ampleur de la chute serait la suivante :
    • L’équivalent de 2,7 % du PIB pour les pays de l’Europe du Nord ;
    • L’équivalent de 1,9 % du PIB pour la France
    • L’équivalent de 1,14 % du PIB pour l’Allemagne.

 

  • La chute des exportations conduirait à une baisse du PIB :
    • -0,5 % pour les pays de l’Europe du Nord ;
    • -0,48 % pour la France
    • -0,29 % pour l’Allemagne.

 

  • Le TTIP conduirait à une baisse des recettes de l’Etat.

La perte la plus importante concernerait la France (-0,64 % du PIB).

 

Au total, le TTIP conduirait à une hausse de l’instabilité financière et des déséquilibres au sein des pays européens.

La baisse des salaires, des exportations et des recettes de l’Etat pèserait sur la demande et par voie de conséquence sur l’activité économique.

La hausse de la part des profits dans la valeur ajoutée alimenterait les marchés financiers avec le risque de nouvelles crises financières.

 

Conséquences du Tafta sur l’économie française, dix ans après son application

Emplois -130 000
Revenu salarial -5 500 euros par an et par salarié
Part de salaires dans la valeur ajoutée -8 %
Exportations Baisse, équivalent de 1,9 % du PIB*
PIB -0,48 %
Recettes de l’Etat Baisse, équivalent de 0,64 % du PIB
  • En 2014 le PIB de la France était de 3 100 milliards d’euros.

 

Nasser Mansouri Guilani

26avril 2016

[1] Jeronim Capaldo, The Trans-Atlantic Trade and Investment Partnership : European Disintegration, Unemployment and Instability, Tufts University, October 2014.